La puissance des bloqueurs

Publié par David Beaumier le mardi 19 juin 2012 à 13:51

Les bloqueurs (ou impediment en anglais) servent à mettre en évidence les obstacles rencontrés par une équipe Scrum. Ils jouent un rôle essentiel à l’intérieur d’un sprint en rendant visible les situations où l’équipe ne peut progresser à sa cadence optimale. À ce sujet, le Guide Scrum indique que le Scrum Master sert l’équipe « [...] en supprimant les obstacles nuisant au progrès de l'équipe […] ». Le fait d’ajouter un bloqueur au tableau de tâches énonce le besoin d’une intervention visant à aider l’équipe à respecter son engagement à la livraison du Sprint. Mais au-delà des bénéfices sur le sprint, que peut-on apprendre d’autre des bloqueurs?

En fait, je crois que les bloqueurs peuvent nous aider à identifier des situations qui pourraient facilement passer sous le radar des rétrospectives. En prenant le temps d’analyser les bloquants qui ont été soulevés au cours des sprints passés, l’équipe peut prendre conscience des facteurs qui influencent ses résultats. Évidemment, il convient de distinguer les évènements ponctuels (votre DBA s’est cassé un bras et a été absent deux semaines) de ceux qui sont systémiques.

Pour faciliter l’analyse à plus long terme on peut même penser à conserver des statistiques sur les bloqueurs :

  • Nombre de bloqueurs dans le sprint;
  • Temps écoulé entre l’ouverture et la résolution;
  • Nature du problème (technique, organisation du travail, savoir-faire, etc.);
  • Niveau d’impact sur l’équipe;
  • Etc.

Avec cette information en main il devient beaucoup plus facile d’avoir une vue d’ensemble et d’établir des tendances. En se donnant comme discipline d’analyser ces données sur une base régulière (disons après chaque Sprint) une équipe Scrum dispose ainsi d’un outil de plus pour optimiser ses façons de faire.

blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.