Ma courte revue du livre "Product Development for the Lean Enterprise"

Publié par Louis-Philippe Carignan le lundi 3 septembre 2012 à 12:00

Après avoir assisté à la présentation de Michael N. Kennedy à la conférence Lean Software & Systems Conference à Boston en mai dernier, je me suis procuré les deux livres du conférencier comme lecture d’été. Certains diront que M. Kennedy a fait une belle job de vente pendant sa conférence. Je suis tout à fait d’accord. Ce conférencier m’a donné le goût d’approfondir quelque chose que Mary Poppendieck touchait à peine dans ses livres.

Après quelques jours d’attente suite à ma commande sur Amazon, les livres « Product Development for the Lean Enterprise » et « Ready, Set, Dominate » sont arrivés dans ma boîte aux lettres. Pour les curieux, ces livres ne sont pas disponibles en format électronique.

 Livre-Product-Development-for-the-Lean-Enterprise-Kennedy-Michael-N  Livre-Ready-Set-Dominate-Kennedy-Michael-N

Je m’attendais à un livre de référence sur le sujet. À ma grande surprise, le premier livre de Kennedy est écrit sous la forme d’un roman (business novel) où une entreprise voit ses revenus diminuer tandis que ses coûts de développement augmentent. Elle commence à perdre des clients à cause des prix trop élevés de ses produits. La compétition est de plus en plus féroce. Comme toute entreprise qui doit survivre, elle se doit de réagir. À l’aide d’une intrigue légère, on y introduit l’approche du développement de produit basé sur le savoir (knowledge based design) comme solution pour renouer avec les profits. J’ai apprécié ce style d'écriture puisque cela facilite et agrémente la lecture en s'identifiant aux personnages. Les mises en situation nous rappellent notre propre contexte au travail ainsi que les types de personnage que l’on retrouve dans nos réunions.

À la fin de chaque chapitre, l’auteur revient sur ce qui s’est produit pour nous clarifier certains points. Cette section « Discussion » nous permet de revisiter des concepts qu’on aurait peut-être manqués pendant notre lecture.

Je recommande fortement ce livre aux gens qui désirent approfondir les approches pour le développement de produit. Dans l’Agilité, on ne mentionne jamais la découverte et le partage de connaissances comme valeur. Ce thème est central dans ce livre puisqu'il est à la base du succès chez Toyota. Dans l'Agilité, on mise sur les individus, leurs interactions et leur collaboration. On parle de bonnes pratiques d’ingénierie. Les livres de Mary Poppendieck nous ont révélé les 7 gaspillages en développement logiciel. Mais lorsque votre projet logiciel fait partie d’une solution plus globale, je pense que l’Agilité ne vous guide pas complètement et que l’approche « knowledge based design » vous sera d’une grande utilité. Pour des gens qui sentent avoir fait "le tour de l'Agilité" et à la recherche d'un autre point de vue en développement de produit, ce livre vous sera utile. Bien que Toyota soit la référence de l'approche "knowledge based design", Kennedy en fait mention sans exagération. On cite quelques chiffres pour mettre en valeur cette approche mais sans plus. Dans l'histoire fictive, on fait référence à Toyota lorsque les personnages se posent des questions. Mais l'auteur fait attention pour ne pas simplement développer un cultre d'adoration envers Toyota. 

J’ai commencé la lecture du second livre de Kennedy. Toujours sous la forme d’un roman, il revient un an plus tard avec l’entreprise introduite dans son premier livre pour mesurer le progrès qu’elle a fait avec l’approche « knowledge based design ». Bien que le premier livre nous donnait les grandes lignes de l’approche, le deuxième livre nous raconte les difficultés rencontrées lorsqu’on l’implémente. Bien que j’aie beaucoup apprécié le premier livre où on m’a vendu les concepts, le deuxième me ramène sur terre où l’on me présente les difficultés que l’on peut rencontrer lors de sa mise en œuvre. Jusqu’à présent, je le trouve plus difficile à lire puisque je dois revenir sur les concepts de l’approche et réfléchir comment ils ont été mal mis en œuvre dans l’entreprise fictive.

 

blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.