Lisez ce livre. Tout simplement.

Publié par Louis-Philippe Carignan le vendredi 29 mars 2013 à 16:00

Rare dans les dernières années où j’ai lu un livre aussi fascinant sur un sujet qui m’a si peu attiré dans ma vie, la psychologie. En décembre 2012, un collègue m’a mentionné le livre « Thinking, fast & slow » de Daniel Kahneman.

 ThinkingFastAndSlow

J’apprends littéralement quelque chose de nouveau à chaque page. L’auteur, psychologue et gagnant du prix Nobel en économie, explique comment notre cerveau est constitué de deux systèmes. Le système #1 fait souvent référence à notre côté instinctif tandis que le système #2 réfère au côté rationnel et logique de notre pensée. Mais contrairement à la psycho-pop où on entend souvent parler d’inconscient (système #1) et de conscience (système #2), l’auteur détaille chaque système à l’aide d’expériences scientifiques crédibles page, après page, après page.

On y apprend entre autre comment le système #1 est une véritable machine associative. Dès la première page du livre, l’auteur nous démontre ce fait à l’aide d’une image d’une femme choqué. En un clin d’œil, notre cerveau a associé une émotion à cette image. Et on tourne la page où l’auteur nous demande de multiplier 17 par 24. Le système #2 embarque et après avoir passée une trentaine de secondes à effectuer le calcul, on retourne à la lecture du livre pour y apprendre que notre système #2 est paresseux et qu’il nécessite un effort pour l’activer.

À tous les chapitres, l’auteur jongle entre le comportement de ces deux systèmes. On voit comment le système #2 vient valider (ou invalider) certaines décisions instantanées du système #1. On y apprend comment le système #1 amplifie des probabilités lorsqu'il l'associe à une histoire. On découvre la valeur de l'anchrage qui force notre cerveau à fixer notre opinion si un chiffre a été énoncé dès le départ. Tout au long du livre, on aborde des sujets comme les heuristiques qu'utilisent notre système #1 pour simplifier des questions complexes. Par exemple, notre système #1 ne peut répondre à la question "Êtes-vous très heureux ces derniers temps?" et la remplace par "Comment te sens-tu en ce moment?" puisque répondre à la première question lui demanderait de réfléchir pendant un p'tit bout de temps, chose qu'il est incapable de faire. Pour s'enlever ce souci, il préfère simplifier la question.

L'auteur utilise souvent l'acronyme WYSIATI pour "What You See Is All There Is" pour souligner comment le système #1 utilise seulement ce qu'il voit au moment présent. On y apprend comment notre système #2 est souvent paresseux, cherchant un état de repos cognitif le plus souvent possible. Il en coûte cher en énergie pour activer notre système #2. Par exemple, l'auteur rapporte une étude où des jugent étaient plus précis dans leur révision de sentences en début de journée, lorsqu'ils avaient déjeuné. Ils devenaient de moins en moins bon au cours de l'avant-midi puisque l'énergie nécessaire pour faire fonctionner leur système #2 était de plus en plus rare dans leur organisme.

Bien que je sois seulement rendu à la moitié du livre, je retiens fortement le thème de la statistique dans ce livre. Thème à la base des recherches de Kahneman dans les années 60. Thème qui nous rappelle à quel point nous ne sommes pas doués en statistique et pourtant, il faudrait l’inclure davantage dans nos réflexions qui sont souvent trompées par l’automaticité du système #1.

Je vous recommande fortement de lire ce livre pour mieux vous connaître. Moi-même d'ailleurs, je suis devenu beaucoup plus alerte lorsque mon système #1 embarque immédiatement pour m'imposer un jugement. Un jugement probablement trop rapide où je dois faire appel à mon système #2 pour valider ce qu'à conclu le système #1 en un instant.

Bonne lecture!

Mots-Clés :
blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.