La migration des membres dans les équipes Agile : bon ou mauvais?

Publié par Philippe Tremblay le mardi 24 septembre 2013 à 21:00

L’un des plus grands bénéfices des approches agiles tels Scrum, consiste en la formation d’équipe auto-organisée.  Bien qu’il soit difficile d’évaluer objectivement la différence entre le travail fait individuellement et celui accompli par une équipe, tous ceux ayant vécu au sein d’une équipe saine et « tissée serrée » connaissent le potentiel de développement vers la haute performance.  Avant de poursuivre la discussion, je tiens à préciser qu’une équipe ne consiste pas en un regroupement d’individus travaillant sur un même projet!  Dans la plupart des cas, la formation d’une équipe demande beaucoup d’efforts.  À commencer par un choix judicieux des membres.  Plus précisément, des membres complémentaires et alignés sur des valeurs communes.

Les gains d’une équipe auto-organisée

  • Réduction des délais et transferts
  • Partage de connaissance
  • Désaccord constructif pour trouver de meilleures solutions
  • Communication informelle
  • Appartenance commune aux décisions de design et de code
  • Focus
    • limite le travail en cours – « WIP »
    • changement de contexte
  • Cohésion et complémentarité
  • Intégration de nouveaux membres
  • Responsabilité commune : Architecture, Design, Sécurité et Qualité

Éviter de jouer avec la composition des équipes?

Il y a certainement un coût et un risque à effectuer une recomposition des équipes.  Tout d’abord, bien que le modèle ne soit pas parfait, celui de Tuckman illustre bien les efforts (et le temps) requis pour former de véritables équipes.  Tout mouvement d’adhésion dans les équipes aura assurément un impact sur leurs stades d’évolution.  De plus, ce mouvement risque de réduire la prédictibilité existante de vos équipes.  Car la capacité (vélocité) d’une équipe n’est pas une simple addition de la contribution de chacun des membres.  Malgré ces risques, il y a de bonnes raisons de désirer une recomposition partielle des équipes.  Et de mauvaises aussi…

Mauvaises justifications

  • « J’ai un nouveau projet »
  • Déplacer un membre « problématique » ou rejeté
  • Noyer le poisson: tenter d’annuler le comportement négatif d’un ou plusieurs membres par l’ajout d’un membre « positif »
  • « J’ai besoin de plus de ‘ressources’ sur ce projet » : la planification Agile (hé oui, ça existe) et la composition d’équipes auto-organisées permettent d’adresser ces adaptations.

Et les bonnes…

  • Échanger les expériences.  Brasser les idées.
  • Répartir le potentiel de leadership dans vos équipes
  • Assouplir les barrières du quotidien entre les équipes: Produits différents, proximité, focus, etc.
  • Partage de connaissance dans l’organisation (inter équipes)
  • Stimuler le potentiel de chacun
  • Empathie des contextes: Permets de bien comprendre les contextes particuliers de chaque équipe afin de centraliser des pratiques gagnantes pour tous ou décentraliser certaines autres qui agissent comme un frein à l'auto-organisation et la performance soutenue des équipes

Conclusion

Si vous décidez d’entreprendre une recomposition d’équipe, n’oubliez jamais d’impliquer les membres dans cette idée… avant de prendre la décision!  Et surtout, allez-y avec modération.  Comme toute gestion du changement, vous devrez gérer les risques et accompagner les équipes si vous espérez obtenir les bénéfices potentiels.

Mots-Clés :
blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.