Pourquoi vos résolutions ne tiennent pas

Publié par Marc Allard le mercredi 14 janvier 2015 à 16:00

Source: www.clevelandpersonaltraining.comS’il y a un moment dans l’année où Google doit nous trouver prévisibles, c’est bien en janvier. Chaque début d’année, le moteur de recherche enregistre une hausse marquée des recherches pour les appareils de mise en forme comme les tapis roulants et les exerciseurs elliptiques, selon Google Trends. L’engouement pour les marathons, le gym et… les régimes connaît le même genre d’envolée.

Le coupable? Les résolutions du Nouvel An. Gonflés d’espoirs à l’amorce d’une nouvelle douzaine de mois, nous nous promettons de bouger plus, de manger mieux, d’arrêter de fumer, de faire le ménage dans nos finances, d’être plus performants au travail, plus organisés à la maison, plus disponibles pour nos enfants, nos familles, nos amis. La liste est longue. Mais amenez-en! Notre futur soi, version 2015, peut en prendre!

Le problème, c’est qu’il ne tient pas le coup, notre futur soi. Selon une étude de l’Université Scranton, aux États-Unis, parue en 2014, environ 92 % des gens renoncent à leurs résolutions en cours de route, un taux de succès de 8%... Pourquoi sommes-nous aussi poches? Certains auteurs de psycho-pop ne se lassent pas de répéter que c’est parce qu’on manque de volonté, parce qu’on ne veut pas assez. Or, c’est le contraire : on en veut trop — ou du moins, trop en même temps.

Depuis la fin des années 90, c’est ce que le psychologue américain Roy F. Baumeister s’est acharné à démontrer. La volonté, explique-t-il dans son livre Willpower: Rediscovering the Greatest Human Strength, est une réserve d’énergie mentale limitée. Plus on l’exerce sur une chose, moins il en reste pour autre chose. Aussi simple que ça.

Si, par exemple, je prends les marches au lieu de l’ascenseur pour monter au bureau alors que n’en ai pas l’habitude, j’aurais ensuite moins de volonté pour résister à la Kit Kat de la machine distributrice à la pause. Appliqué aux résolutions du Nouvel An, ce concept d’épuisement de la volonté, aussi appelé la «fatigue décisionnelle», signifie qu’il n’y a rien de pire qu’une liste de résolutions adoptées simultanément.

«Parce que vous n’avez qu’une réserve de volonté, écrit Baumeister, les différentes résolutions du Nouvel An compétitionnent toutes entre elles. Chaque fois que vous vous consacrez à une, vous réduisez votre capacité à tenir les autres.»

Bref, si vous êtes déjà gênés en pensant aux promesses que vous vous êtes faites le 1er janvier, vaut mieux y aller une à la fois. 

Et pour vous aider, voici une humble suggestion.

Pourquoi ne pas commencer l’année en échafaudant un kanban personnel dédié à vos résolutions? Sans doute êtes-vous familier avec ce simple outil de visualisation du flux de travail. Armés de post-it, prenez une grande feuille de papier et divisez-la en trois grandes sections verticales. Dans la première, collez les résolutions qui vous semblent les plus importantes ; dans la deuxième, déplacez celle (il devrait y en avoir une à la fois!) qui est en cours ; dans la troisième, ne laissez que celles que vous avez réussi à tenir.

Comme exercice annuel, ça peut paraître un peu intimidant. Mais qui sait, votre futur soi pourrait vous en remercier.

D'autres billets qui pourraient vous intéresser

blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.