L'officier dans la tranchée

Publié par Jean-Francois Gilbert le vendredi 5 juin 2015 à 00:00

Trench

THE PORTUGUESE ARMY ON THE WESTERN FRONT, 1917-1918, Imperial War Mueseum (http://www.iwm.org.uk/)

Récemment, j'ai eu une conversation intéressante avec un collègue à propos du rôle d'architecte organique. À son avis, l'architecte organique n'a pas besoin d'être au courant des détails d'implémentation, des dernières techniques ou frameworks. Bref, il n'a pas à "mettre les mains dans le code". Toujours selon lui, une bonne éducation à l'université, une solide compréhension de la programmation orientée-objet, des bases de données et d'UML suffisent pour faire la conception d'un système complexe. Il s'avère que je suis profondément en désaccord avec ces affirmations. Je vais illustrer mon point avec une analogie militaire.

Imaginez un instant que vous receviez les ordres d'un officier. C'est un grand stratège, mais ses derniers faits d'armes remontent à la guerre des Boers ! Il a fait ses preuves avec la cavalerie mais il ne connait rien à la guérilla urbaine et aux drones. Ou encore, il est au fait des avancées technologiques militaires mais il observe toutes les batailles terré dans son quartier général. Il vous a bien indiqué où se trouvent les ennemis et comment les vaincre, mais sa distance du champ de bataille ne lui donne pas la même perspective que vous de l'évolution du combat. De plus, il ne s'est jamais approché d'une tranchée ou tenu une arme dans ses mains.

D'un autre côté, vous avez un officier qui est avec vous dans les tranchées. Tous les jours il combat à vos côtés, sous la pluie, dans la boue, mangeant la même bouffe infecte. Il a utilisé les mêmes armes que vous, a connu la douleur et la peur.

Qui entre ces deux officiers a le plus de crédibilité aux yeux des troupes selon vous ? Qui entre ces deux officiers risque d'avoir le support de ses compagnons d'armes quand une décision difficile sera prise ?

Je sais, l'analogie n'est pas parfaite. En réalité, je crois que ça prend un mélange entre ces deux officiers. Il est important d'avoir un plan d'ensemble. Et le fait d'avoir une perspective différente de celle des développeurs peut s'avérer être un avantage. Cependant, on dit souvent que le diable est dans les détails. C'est tellement vrai en développement logiciel ! Un plan qui, de haut niveau, semble tenir la route peut être bousillé par une petite chose qui s'appelle "la réalité". Une réalité qui se présente sous la forme de problèmes d'intégration avec un système externe, de performances inadéquates, de l’apprentissage difficile d'une nouvelle technologie. Autrement dit, des problèmes qui surviennent au niveau microscopique, au niveau de l'implémentation. Un architecte organique fort techniquement sera en mesure de comprendre et solutionner ces problèmes. Ça lui donnera une valeur bien plus grande aux yeux de l'équipe et de l'organisation. 

Mots-Clés :
blog comments powered by Disqus

0 Comments:

Post a comment

Comments have been closed for this post.